Skip to content
17
septembre
2021

Comment renouveler son bail commercial sans se planter ? Tour d’horizon sur les délais, conditions du renouvellement (oui, c’est l’occasion de renégocier) et mentions obligatoires.

Baux
Baux commerciaux
Baux, Construction et Immobilier

Le renouvellement du contrat de bail commercial n’est pas automatique. Ce type de contrat est encadré par une série de règles strictes reprises par la loi du 30 avril 1951 relative aux baux commerciaux.

Ces règles prévoient non seulement que le bail initial ne peut être inférieur à 9 ans, mais aussi que le locataire dispose du droit d’en demander le renouvellement à trois reprises.

Cette demande de renouvellement requiert toutefois le respect de conditions de fond et de forme très strictes.

Premièrement, le locataire sera attentif au délai dans lequel il doit introduire sa demande.

« L’heure, c’est l’heure ; avant l’heure, c’est pas l’heure ; après l’heure, c’est plus l’heure » !

La demande doit être introduite au plus tôt, le 18ème mois et au plus tard, le 15ème mois qui précède la fin de la période de 9 ans en cours. Ainsi, pour un contrat de bail prenant fin le 1er septembre 2021, le renouvellement doit être adressé entre le 1er mars 2020 et le 1er juin 2020.

La demande qui serait introduite en dehors du délai imparti sera nulle.

Deuxièmement, cette demande doit être introduite par le locataire par lettre recommandée, ou par exploit d’huissier, signée et en respectant les autres conditions de forme prévues par la loi sur les baux commerciaux (article 14). En cas de pluralités de bailleurs, le demande devra être adressée à chacun d’eux.

C’est à ce moment-là que le locataire indiquera les « nouvelles » conditions auxquelles il souhaite renouveler son bail, parce que oui, vous n’êtes pas obligé de renouveler aux mêmes conditions, surtout si les circonstances économiques, financières et stratégiques ont évolué.

Quand on y pense, le locataire est susceptible de rester dans les lieux durant une période de 36 ans… C’est ainsi l’occasion pour lui de revoir, par exemple, le montant des charges ou du loyer, d’autant plus en période de pandémie de la COVID-19 que nous traversons encore actuellement.

Troisièmement, la demande doit reprendre expressément la mention prévue par l’article 14, alinéa 1er de la loi :

« A défaut de notification par le bailleur, suivant les mêmes voies et dans les trois mois, de son refus motivé de renouvellement, de la stipulation de conditions différentes ou d’offres d’un tiers, le bailleur sera présumé consentir au renouvellement du bail aux conditions proposées ».

À défaut pour le locataire de respecter ces conditions, sa demande sera nulle. Il s’agit cependant d’une nullité relative dont le bailleur sera libre de se prévaloir ou non. Le respect du prescrit de la loi en matière de renouvellement de bail s’impose donc au locataire de manière rigoureuse. A défaut, il perdra son droit au renouvellement.

Ensuite, une fois la demande introduite, c’est au tour du bailleur d’être rigoureux et attentif. En effet, il devra répondre à cette demande, et le cas échéant, aux nouvelles conditions, positivement ou négativement, dans les trois mois de la demande conformément aux conditions de fond et de forme imposées par la loi.

Si le bailleur ne respecte pas ses conditions – par exemple, s’il répond trop tard – ou s’il ne répond pas, il sera réputé accepter le renouvellement du bail aux conditions formulées par son locataire.

Enfin, si les parties ne sont pas d’accord sur les conditions du renouvellement, il appartiendra au locataire de saisir le Juge de paix dans les 30 jours de la réponse du bailleur (article 14, al.2).  A nouveau, ne loupez pas ce délai !

Le juge fixera les conditions du nouveau bail et statuera en équité.

Vous désirez plus d’information sur le renouvellement du bail commercial ou désirez vous faire assister d’un avocat spécialisé en droit du bail commercial, prenez contact avec le département de Me Blondeel au 064/70.70.70 ou adressez un e-mail à [email protected] .

Partager :

 | 

Vices cachés en matière immobilière – Comment faire appel à la garantie ?
Vices cachés en matière immobilière – Comment faire appel à la garantie ?
Lors de l’achat d’une maison ou d’un appartement, il est naturellement important d’être vigilant aux imperfections pouvant toucher l’immeuble. Toutefois,...
Comment suspendre vos prestations lors de problèmes de chantier
Comment suspendre vos prestations lors de problèmes de chantier
En tant qu’entrepreneur, vous vous demandez comment réagir en présence d’un maître d’ouvrage qui refuse de payer vos factures d’avancement...
Action directe du sous-traitant
Action directe du sous-traitant
Vous avez sous-traité pour un entrepreneur principal et celui-ci est dans l’impossibilité de vous payer en raison des créances qu’il...
Les informations et opinions reprises dans le présent site internet, ses articles et vidéos, sont des commentaires à caractère purement informatif. Elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme des avis ou des recommandations d’ordre fiscal, juridique ou autre. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle, ni de l’évolution permanente de la législation, jurisprudence et doctrine passé le délai de rédaction. Il convient donc toujours de consulter son avocat expert par e-mail ou en présentiel pour vérifier l’adéquation de l’information avec votre situation personnelle et l’évolution naturelle du cadre normatif, jurisprudentiel et doctrinal. Nous vous invitons à prendre contact avec votre avocat spécialisé avant de prendre toute décision se fondant directement ou indirectement sur les informations contenues dans le présent site internet.

Logo Centrius Loup BleuContactez le cabinet

Vous avez un besoin d’une assistance juridique ou vous souhaitez l’assistance d’un avocat pour une procédure judiciaire, une médiation ou un arbitrage ?

Remplissez le formulaire ci-dessous

    Logo du Cabinet d'avocats Centrius orangeSuivre l'expert

    Recevez l’article dans votre boite mail et restez informés des futures publications du blog Centrius.