Skip to content
29
novembre
2021

Je suis administrateur d’une société ou association : dans quelles circonstances ma responsabilité personnelle est-elle engagée ?

Responsabilités des administrateurs
Sociétés et Associations

En tant qu’avocats spécialisés en matière de sociétés et associations, nous sommes régulièrement confrontés à des situations délicates relatives à la mise en cause de la responsabilité des administrateurs, trop souvent pas ou peu avertis du fait qu’ils engagent leur responsabilité personnelle en cas de faute dans l’exercice de leur mandat d’administrateur de société ou d’association.

La responsabilité des administrateurs est une matière ayant fait l’objet de nombreux développements et controverses au cours des dernières années. Il n’est donc pas toujours aisé de comprendre à quoi s’engage exactement un administrateur d’une société ou association.

Dans ce contexte, le Code des sociétés et des associations, ci-après « CSA », apporte de grands changements dans cette matière par rapport à l’ancien Code des sociétés. Bien qu’il instaure un régime général de responsabilité des administrateurs, il subsiste toujours des spécificités pour chaque forme d’entreprise. La difficulté réside donc dans le caractère épars des dispositions engageant ou dérogeant à la responsabilité des administrateurs.

Par souci de clarté et de cohérence, nous nous limiterons à l’analyse du régime général de la responsabilité des administrateurs.

Ce régime s’applique à toutes les personnes morales régies par le CSA, sauf dérogation expresse dans les livres suivants du Code[1]. Il concerne les membres d’un organe d’administration, les délégués à la gestion journalière mais également toute autre personne qui détient ou a détenu le pouvoir de gérer effectivement la personne morale, alors nommé « administrateur de fait ».[2]

De l’analyse dudit régime général, il ressort que l’administrateur peut, notamment (les causes étant nombreuses), voir sa responsabilité engagée en cas de :

1.Faute de gestion : les administrateurs sont « responsables envers la personne morale des fautes commises dans l’accomplissement de leur mission »[3], mission qui leur est bien entendu confiée par l’Assemblée générale. Si la faute commise présente un caractère extracontractuel, cette responsabilité est également engagée envers les tiers. La faute est appréciée par le juge selon le critère des administrateurs normalement prudents et diligents placés dans les mêmes circonstances. Face à une faute de gestion, le CSA instaure une solidarité entre les membres des organes collégiaux, sauf si un administrateur démontre qu’il n’a pas participé personnellement à la faute ou qu’il a dénoncé celle-ci aux autres administrateurs de l’organe collégial. L’administrateur, ou chaque administrateur en cas de présence d’un organe collégial, est donc tenu de réparer le dommage causé par ladite faute.

L’action en responsabilité peut être intentée par l’assemblée générale de la société ou de l’association, au nom et pour compte de la société ou association, (actio mandati)[4] ou par les actionnaires minoritaires ayant au moins 10% du nombre d’actions émises le jour de l’assemblée générale (action minoritaire pour une SRL)[5], ou 1% des voix attachées à l’ensemble des titres existants le jour de l’assemblée générale ou possédant à ce même jour des titres représentant une fraction du capital égale à 1.250.000 euros au moins (action minoritaire pour une SA) [6], ou encore par tout tiers intéressé si la faute commise présente un caractère extracontractuel. Celle-ci se prescrit par 5 ans.

2. Violations des dispositions du CSA, des statuts, de l’arrêté d’exécution du CSA[7], de l’arrêté royal du 4 août 1996[8] ou encore de la loi du 22 décembre 1995[9]. Dans ces cas, la responsabilité des administrateurs est solidaire, même dans l’hypothèse où il n’y a pas d’organe collégial. Les administrateurs sont donc tenus de réparer le dommage résultant de cette violation. Mais de quoi parlons-nous précisément ? Vous avez conclu un contrat en dehors de l’objet social de la société ou sans pouvoir de représentation valable ? Vous avez distribué des dividendes sans avoir au préalable vérifier si la société était en mesure de payer ses dettes dans les 12 prochains mois ? (art. 5:142 & 6:115 CSA) Vous n’avez pas actionné la procédure de la sonnette d’alarme ? (art. 5:153, 6:119 et 7:228 du CSA) Vous n’avez pas déposé les comptes annuels à la BNB dans les délais prévus par le CSA ? (art. 3:10 du CSA) Ce sont quelques exemples à garder à l’œil, le CSA prévoit en effet de multiples causes de responsabilités des administrateurs dans le cadre des différentes procédures qui intéressent les sociétés et associations.

3. Faute grave et caractérisée dans le mécanisme d’action en comblement de passif : Pour toute entreprise dont le chiffre d’affaires annuel moyen excède 620.000€ au cours des trois exercices précédant la faillite et dont le total du bilan au terme du dernier exercice dépasse 370.000€, la responsabilité des administrateurs est engagée en cas de faute grave et caractérisée lorsque cette dernière a contribué ou a causé la faillite de l’entreprise[10]. L’article XX.225 du CSA précise que « est réputée faute grave et caractérisée toute fraude fiscale grave, organisée ou non, au sens de l’article 5, § 3, de la loi du 11 janvier 1993 relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux ». Si une telle faute est imputable à l’administrateur, ce dernier peut être tenu de supporter tout ou une partie des dettes sociales. Dans le cas où plusieurs administrateurs sont condamnés, ils peuvent être tenus solidairement ou non, selon l’appréciation du juge.

4. Non-paiement des cotisations sociales : La responsabilité des administrateurs est engagée lorsque, au moment de la faillite, l’entreprise est encore redevable de cotisations sociales et/ou d’intérêts de retard, ou dans le cas où deux faillites ou liquidations précèdent la présente faillite, endéans les cinq dernières années[11]

5. La poursuite déraisonnable d’une activité : La responsabilité des administrateurs, excepté pour ceux agissant pour une petite structure sociale, peut être engagée « si, à un moment donné antérieur à la faillite, la personne concernée savait ou devait savoir qu’il n’y avait manifestement pas de perspective raisonnable pour préserver l’entreprise ou ses activités et d’éviter une faillite »[12].Le critère repris pour apprécier le caractère raisonnable est celui de l’administrateur normalement prudent et diligent placé dans les mêmes circonstances. Si la faute est imputable à un administrateur, il pourra être tenu de payer tout ou une partie des dettes sociales, tenus solidairement ou non avec d’autres administrateurs selon l’appréciation du juge.

6. Non-paiement du précompte professionnel ou de la TVA : La responsabilité des administrateurs est engagée lorsqu’ils ne paient pas ces impôts en commettant une faute[13].L’ensemble de ces fautes peuvent se cumuler avec la responsabilité de droit commun[14]. Les administrateurs peuvent donc être tenus responsables pour un manquement à une obligation générale ou encore une obligation de prudence et vigilance qui s’imposent à tous. Les administrateurs sont d’ailleurs  responsables solidairement de leur faute commune, c’est-à-dire que le créancier pourra exiger que son dommage soit entièrement réparé par un administrateur seulement lorsqu’une faute a été commise par plusieurs administrateurs, et in solidum de leurs fautes concurrentes[15], à savoir qu’un créancier pourra obtenir la réparation intégrale de son dommage en s’adressant à un seul des administrateurs fautifs (ce dernier se retournera alors sur les autres), alors que plusieurs administrateurs ont commis une faute distincte dont résulte un seul et unique dommage. Il convient de préciser que le CSA a instauré des plafonds limitant la responsabilité des administrateurs.[16]

Ces plafonds varient entre 125.000€ et 12 millions d’euros, selon le chiffre d’affaires et le bilan de la société au cours des trois dernières années. Ils sont applicables à tout type de faute de l’administrateur, que ce soit à l’égard de la personne morale ou des tiers. Cependant, ce plafonnement ne s’applique pas en cas de faute légère présentant un caractère habituel, en cas de faute grave, d’intention frauduleuse ou à dessein de nuire. Il ne concerne pas non plus la faute de non-paiement du précompte professionnel ou de la TVA ni le non-paiement des cotisations sociales en cas de faillite. Il n’est pas davantage  applicable à certaines obligations imposées par les articles 5:138, 6:111 et 7:205 du CSA. Par exemple, si vous êtes administrateur d’une société, dont le chiffre d’affaires moyen ne dépasse pas 700.000€ et dont le total du bilan moyen est inférieur à 350.000€, et  avez commis une faute de gestion légère et occasionnelle, votre responsabilité ne pourra être engagée qu’à concurrence d’un montant de 250.000€ maximum, et ce pour l’ensemble des actions en responsabilité portées contre vous. Un administrateur peut également être tenu responsable d’une infraction aux dispositions du Code pénal ou de lois pénales particulières le concernant.

Vous l’aurez compris, la responsabilité des administrateurs n’a cessé d’évoluer au cours des dernières années. A l’heure actuelle, les administrateurs sont de plus en plus interpellés dans l’exercice de leur mission. Ils doivent répondre à un grand nombre d’obligations, sous peine de voir leur responsabilité engagée.

Si vous souhaitez être accompagné d’avocats spécialisés en droit des sociétés et associations pour toutes vos questions concernant votre société ou association ou votre responsabilité à son égard et prévoir un plan de vérification de conformité de vos obligations, n’hésitez pas à prendre contact avec notre cabinet pour être conseillé et/ou défendu par nos avocats spécialisés en responsabilité des administrateurs. De même, si vous désirez mettre en cause la responsabilité d’un administrateur, nos avocats en droit des sociétés et associations spécialisés en la matière pourront vous aider à préparer votre dossier, tenter – dans la mesure du possible – une négociation et intenter – si nécessaire – une action judiciaire en responsabilité de l’administrateur ou des administrateurs concernés


[1] CSA, art. 2:1.

[2] O. Caprasse et L. Léonard, « Les principes généraux de la réforme », Le Code des sociétés et des associations : Introduction à la réforme du droit des sociétés, R. Aydogdu et O. Caprasse (dir.), Limal, Anthemis, 2018, p. 34.

[3] CSA, art. 2:56.

[4] CSA, art. 5:103, 6:88 et 7:156.

[5] CSA, art. 5:104 et 6:89.

[6] CSA, art. 7:157.

[7] Arrêté royal du 29 avril 2019 portant exécution du Code des sociétés et des associations, M.B., 30 avril 2019.

[8] Arrêté royal du 4 août 1996 relatif au bilan social, M.B., 30 août 1996.

[9] Loi du 22 décembre 1995 portant des mesures visant à exécuter un plan pluriannuel pour l’emploi, M.B., 30 décembre 1995.

[10] Code de droit économique, art. XX.225.

[11] Code de droit économique, art. XX.226.

[12] Code de droit économique, art. XX.227.

[13] Code des impôts sur les revenus, art. 442quater et Code de la taxe sur la valeur ajoutée, art. 93undecies.

[14] Code civil, art. 1382 et 1383.

[15] D. Gol et C. Duvieusart, « La responsabilité des administrateurs : questions choisies », Le nouveau droit des sociétés en pratique : Questions choisies, V. Palm (dir.), Limal, Anthemis, 2021, p. 241.

[16] CSA, art. 2:57.

Partager :

 | 

Peut-on contester une clause de révision de prix dans le cadre de la loi Breyne ?
Peut-on contester une clause de révision de prix dans le cadre de la loi Breyne ?
La question peut, notamment, se poser lorsque – étant propriétaire d’un terrain à bâtir – vous faites appel à un...
Vos sociétés constituent peut-être, à votre insu, un consortium
Vos sociétés constituent peut-être, à votre insu, un consortium
Alors que la notion de « groupe de sociétés », avec une société-mère contrôlant ses filiales, est bien connu, le consortium est un...
Vous êtes entrepreneur et rencontrez des difficultés à recouvrer vos factures afférentes à des travaux en supplément de votre devis ? Voici quelques conseils pratiques
Vous êtes entrepreneur et rencontrez des difficultés à recouvrer vos factures afférentes à des travaux en supplément de votre devis ? Voici quelques conseils pratiques
Dans un précédent article consacré à la révision des prix en cours de contrat, nous avons abordé le principe de...
Quels contrats de distribution choisir ?
Quels contrats de distribution choisir ?
La notion de distribution commerciale recouvre l’ensemble des opérations qui contribuent à la commercialisation de produits/services auprès des distributeurs et...
Que faire si mon locataire commercial ne paie pas ?
Que faire si mon locataire commercial ne paie pas ?
Dans un précédent article, nous avons analysé la problématique du défaut de paiement des loyers afférents aux baux commerciaux dans...
La vente d’un immeuble par un administrateur à sa société est-elle soumise à des procédures différentes selon le moment où elle intervient ?
La vente d’un immeuble par un administrateur à sa société est-elle soumise à des procédures différentes selon le moment où elle intervient ?
La question est uniquement pertinente pour les SA puisque, dans le cadre du CSA, le législateur a supprimé, à tort...
Envie de contribuer à sauver le monde grâce à votre entreprise ? Songez à la société coopérative agréée comme « entreprise sociale » !
Envie de contribuer à sauver le monde grâce à votre entreprise ? Songez à la société coopérative agréée comme « entreprise sociale » !
De plus en plus d’entrepreneurs sont en quête de sens et les entreprises ont indéniablement un rôle à jouer face...
Si vous souhaitez acquérir un fonds de commerce, assurez-vous d’obtenir les attestations d’absence de dettes
Si vous souhaitez acquérir un fonds de commerce, assurez-vous d’obtenir les attestations d’absence de dettes
Comme vu précédemment, acheter un fonds de commerce, c’est acquérir un ensemble de biens corporels (meubles, enseigne lumineuse, stock,…) et...
De la SPRL à la SRL (II) : les dispositions supplétives
De la SPRL à la SRL (II) : les dispositions supplétives
Comme déjà évoqué, dans le cadre du CSA, la SPRL est remplacée par la SRL et ses formes dérivées (SPRLUnipersonnelle...
Comment rédiger un pacte d’actionnaires et quelles clauses prévoir ? 
Comment rédiger un pacte d’actionnaires et quelles clauses prévoir ? 
L’on pense souvent, à tort, que les statuts d’une société la protègent suffisamment de toutes sortes de conflits, notamment de...
Face à la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, pouvez-vous, en tant qu’entrepreneur, imposer à votre client une modification de prix en cours de chantier ? Analyse de la clause de révision de prix
Face à la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, pouvez-vous, en tant qu’entrepreneur, imposer à votre client une modification de prix en cours de chantier ? Analyse de la clause de révision de prix
Un entrepreneur peut-il imposer une modification de prix en cours de chantier pour tenir compte de la hausse des prix...
La confusion entre plusieurs noms commerciaux et le parasitisme dans les usages commerciaux
La confusion entre plusieurs noms commerciaux et le parasitisme dans les usages commerciaux
Comment réagir lorsqu’une nouvelle entreprise ouvre à proximité de votre commerce et se met à offrir les mêmes services ou...
Je reçois une invitation du SPF Finances à payer un droit d’enregistrement suite au prononcé d’un jugement à mon encontre… De quoi s’agit-il ?
Je reçois une invitation du SPF Finances à payer un droit d’enregistrement suite au prononcé d’un jugement à mon encontre… De quoi s’agit-il ?
Ne soyez pas surpris de recevoir une invitation du SPF Finances à payer un droit d’enregistrement en raison d’un jugement...
A votre insu ou à votre initiative, votre SPRL est devenue une SRL. Quelles sont les contraintes et les opportunités de cette évolution ?
A votre insu ou à votre initiative, votre SPRL est devenue une SRL. Quelles sont les contraintes et les opportunités de cette évolution ?
Le nouveau Code des sociétés & des associations (CSA) est entré en vigueur il y a bientôt trois ans, le...
Je suis entrepreneur dans la construction. Si le maitre de l’ouvrage obtient en justice mon remplacement judiciaire car je ne réalise pas les travaux, dois-je supporter les frais supplémentaires par rapport au devis initial ?
Je suis entrepreneur dans la construction. Si le maitre de l’ouvrage obtient en justice mon remplacement judiciaire car je ne réalise pas les travaux, dois-je supporter les frais supplémentaires par rapport au devis initial ?
La relation contractuelle entre parties ne s’épanouit pas toujours comme prévu… Dans le cas d’un défaut d’exécution d’une obligation contractuelle,...
Je viens d’acquérir les actions d’une société mais je crains que le vendeur fasse concurrence à celle-ci… Le vendeur est-il soumis à une obligation générale de non-concurrence ?
Je viens d’acquérir les actions d’une société mais je crains que le vendeur fasse concurrence à celle-ci… Le vendeur est-il soumis à une obligation générale de non-concurrence ?
Comme nous l’avons déjà vu dans nos articles précédents, si vous achetez la totalité des actions d’une société, vous en...
<strong>Le remplacement extrajudiciaire</strong>
Le remplacement extrajudiciaire
En quoi consiste le remplacement extrajudiciaire ? Le remplacement extrajudiciaire (ou remplacement unilatéral) permet au créancier d’une obligation contractuelle de substituer...
Constituer sa société entièrement online sur startmybusiness.be ?
Constituer sa société entièrement online sur startmybusiness.be ?
Il est aujourd’hui possible de constituer une SRL, une SA ou une SC de manière virtuelle, pas encore dans le...
L’anticipation des conflits d’actionnaires par le bais de clauses statutaires ou d’un pacte d’actionnaires (médiation, concertation, conciliation, retrait, exclusion, arbitrage, etc.)
L’anticipation des conflits d’actionnaires par le bais de clauses statutaires ou d’un pacte d’actionnaires (médiation, concertation, conciliation, retrait, exclusion, arbitrage, etc.)
En tant qu’avocat spécialisé en résolution des conflits entre actionnaires, on constate que la vie d’une société est loin d’être...
J’envisage de racheter les actions d’une société, mais comment m’assurer qu’il n’y a pas de dettes cachées ?
J’envisage de racheter les actions d’une société, mais comment m’assurer qu’il n’y a pas de dettes cachées ?
Lorsque vous rachetez les actions d’une société, vous devenez « propriétaire » de celle-ci : son patrimoine n’est donc pas modifié. Le risque...
Transmettre mon entreprise… Oui, mais à quel moment débuter mes démarches ?
Transmettre mon entreprise… Oui, mais à quel moment débuter mes démarches ?
À quel moment dois-je préparer la transmission de mon entreprise ? Vous êtes actionnaire-fondateur d’une entreprise et vous souhaitez « céder le...
Vous envisagez de reprendre une société : quelles sources de financement sont possibles ?
Vous envisagez de reprendre une société : quelles sources de financement sont possibles ?
Vous envisagez de reprendre une société mais ne savez pas comment financer l’opération ? Nos avocats spécialisés vous ont dressé un...
white house under maple trees
L’insaisissabilité du domicile de l’indépendant: Comment protéger votre résidence principale en cas de faillite?
Lorsqu’un indépendant son activité professionnelle exerce en personne physique, son patrimoine professionnel et son patrimoine privé ne forment qu’un. En...
avocat litige banque
Les principaux changement de la procédure de réorganisation judiciaire (PRJ)
La loi du 21 mars 2021 modifiant le livre XX du Code de droit économique et le Code des impôts...
Vendre son fonds de commerce !
Vendre son fonds de commerce !
Vous souhaitez céder votre fonds de commerce et vous souhaitez connaître les plus importants points d’attention à ne pas manquer...
Les informations et opinions reprises dans le présent site internet, ses articles et vidéos, sont des commentaires à caractère purement informatif. Elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme des avis ou des recommandations d’ordre fiscal, juridique ou autre. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle, ni de l’évolution permanente de la législation, jurisprudence et doctrine passé le délai de rédaction. Il convient donc toujours de consulter son avocat expert par e-mail ou en présentiel pour vérifier l’adéquation de l’information avec votre situation personnelle et l’évolution naturelle du cadre normatif, jurisprudentiel et doctrinal. Nous vous invitons à prendre contact avec votre avocat spécialisé avant de prendre toute décision se fondant directement ou indirectement sur les informations contenues dans le présent site internet.

Logo Centrius Loup BleuContactez le cabinet

Vous avez un besoin d’une assistance juridique ou vous souhaitez l’assistance d’un avocat pour une procédure judiciaire, une médiation ou un arbitrage ?

Remplissez le formulaire ci-dessous

    Logo du Cabinet d'avocats Centrius orangeSuivre l'expert

    Recevez l’article dans votre boite mail et restez informés des futures publications du blog Centrius.