Skip to content
30
août
2022

Le contrat d’agence commerciale : les obligations des parties

Rédaction de contrats et négociation contractuelle
Contrats commerciaux
Contrats, Distribution & IP/IT

Dans notre article du 8 juin dernier sur les critères de choix entre différents contrats de distribution, nous en avions annoncé d’autres, consacrés aux contrats évoqués. Voici le premier de cette série en cette veille de rentrée judiciaire.

I. – Les obligations de l’agent commercial

1. – L’article X.4 du Code de droit économique (Codeco) confirme le devoir imposé à l’agent d’agir avec diligence et dans le respect des intérêts de celui au nom duquel il intervient (commettant).

2. – L’article X.23 prévoit que l’agent peut se porter ducroire, c’est-à-dire garantir certaines obligations incombant aux tiers et, en particulier, la solvabilité des clients qu’il a apportés et qui contractent avec son commettant.

La validité d’une telle clause est subordonnée à plusieurs conditions cumulatives :

  • la clause doit faire l’objet d’un écrit précisant l’étendue de la garantie offerte;
  • l’agent doit être intervenu personnellement dans la négociation de l’affaire conclue avec le tiers dont il garantit les engagements et les conditions de la commande doivent être celles qu’il a discutées (en outre, la garantie cesse d’être applicable lorsque le commettant modifie, sans l’accord de l’agent commercial, les conditions de livraison ou de paiement).

Sauf clause contraire écrite, la garantie de l’agent se limite à la solvabilité du tiers et, en principe, il ne peut s’engager pour un montant supérieur à la commission convenue, sauf si son engagement se rapporte à une affaire déterminée. Dans ce cas, le juge peut réviser la clause en cas de disproportion manifeste entre le risque supporté par l’agent et le bénéfice qu’il devait retirer du contrat.

3. – L’article X.22 autorise la stipulation d’une clause de non-concurrence, qui doit :

  • être rédigée par écrit ;
  • concerner le type d’affaires dont était chargé l’agent (limite matérielle) ;
  • viser que le secteur géographique/groupe de personnes confiés à l’agent (limite territoriale) ;
  • produire ses effets pour une durée égale ou inférieure à 6 mois après la rupture (limite temporelle).

En outre, la clause de non-concurrence :

  • ne produit pas ses effets lorsqu’il est mis fin au contrat par le commettant, sans invoquer un motif prévu à l’article X.17, al. 1er, ou par l’agent, en invoquant un tel motif;
  • crée une présomption iuris tantum d’avoir apporté une clientèle en faveur de l’agent, ce qui allège son fardeau de la preuve quant à l’obtention d’une indemnité d’éviction.

Le commettant peut établir que l’agent ne peut prétendre à une indemnité d’éviction (cfr. infra), en contestant la réalité d’un développement sensible de la clientèle dont il continue à tirer profit de façon substantielle après la rupture du contrat.

Le contrat peut prévoir une indemnité forfaitaire, en cas de violation de la clause de non-concurrence, qui « ne peut dépasser une somme égale à une année de rémunération calculée conformément à l’article X.18, al. 4 ». Le commettant peut, cependant, prétendre « à une réparation supérieure, à charge de justifier de l’existence et de l’étendue de son préjudice » (article X.22, § 4, al. 2).

II. – Les obligations du commettant

1. – Outre l’obligation de payer la rémunération, le commettant est tenu par les obligations générales inscrites à l’article X.6, qui soulignent la bonne foi et la loyauté censées présider à l’exécution du contrat d’agence (information et collaboration à l’exécution des obligations).

2. – Les articles X.7 à X.15 Codeco confirment l’importance de la problématique de la rémunération. Selon l’article X.7, la rémunération de l’agent peut consister (i) en une somme fixe, qui doit, sauf disposition contraire, être payée mensuellement (article X.15), (ii) en des commissions (articles X.8 à X.14) ou (iii) partiellement en une somme fixe et partiellement en des commissions.

L’article X.13, al. 1er pose le principe de la libre détermination par les parties du taux des commissions, qui peut être variable, notamment selon les catégories de clients, la nature des produits/services et le rôle joué par l’agent dans la réalisation de l’affaire.

À défaut de précision contractuelle et d’indications quant à la volonté des parties, il s’agit du « taux usuel pratiqué dans le secteur économique de l’endroit où l’agent commercial exerce ses activités, pour des affaires du même genre ». En l’absence d’usages, l’agent a droit à « un pourcentage équitable, qui tient compte de tous les éléments qui ont trait à l’opération » (article X.13, al. 4).

Quant à leur base de calcul, l’article X.13, al. 5 ajoute que les commissions sont, en principe, calculées

  • sur la base du prix facturé au client
  • sans déduction des frais accessoires (emballage, fret, …), sauf s’ils sont facturés séparément ;
  • à l’exclusion des taxes, frais de douane et autres impôts[1].

En vertu de l’alinéa 7, « toute modification unilatérale, au cours de l’exécution du contrat, du ou des taux initialement convenus constitue un acte équipollent à rupture » – justifiant, dès lors, l’application de l’article X.17 (sous réserve des précisions apportée par le législateur à cette disposition)[2].

Les articles X.8 à X.10, qui prévoient les situations dans lesquelles l’agent a droit au paiement de sa commission, opèrent une distinction selon que l’affaire concernée a été conclue par son intermédiaire

  • pendant l’exécution de la convention d’agence commerciale : il a droit à une commission directe (affaires qu’il a personnellement apportées), mais aussi indirecte (la conclusion de l’affaire résulte indirectement de ses efforts) (X.8) ;
  • après la cessation de la relations contractuelle : l’agent garde le droit au versement d’une commission lorsque l’affaire a été conclue grâce à son intervention (X.9).

Un partage équitable de la commission est parfois réalisé entre deux agents (article X.10).

Le fait générateur de la commission est ainsi l’affaire que l’agent a contribué à apporter ; il est donc rémunéré pour le travail réalisé dans le cadre de l’objet du contrat. Dans un arrêt du 7 janvier 2009[3], la 12e chambre de la Cour d’appel de Gand a décidé que l’apport de l’agent en vue de l’amélioration du marketing, de l’image et du rayonnement du commettant constitue une obligation de l’agent (article X.4) et que, dès lors, à moins que les parties en aient convenu autrement, de telles activités ne donnent pas, en elles-mêmes, droit à une rémunération complémentaire.

En principe, la commission est exigible si l’on se trouve dans l’un des deux cas visés par les points 1° et 2° de l’alinéa 1er de l’article X.11 : soit lorsque le commettant a exécuté l’opération ou devrait l’avoir exécutée, selon ce qui a été convenu entre les parties, soit lorsque le tiers exécute ses obligations.

L’alinéa 2 de l’article X.11 ajoute qu’elle l’est en tout état de cause « au plus tard lorsque le tiers a exécuté sa part de l’accord ou devrait l’avoir exécutée si le commettant avait exécuté sa part de l’accord » et l’alinéa 3 que « la commission est payée au plus tard le dernier jour du mois qui suit le trimestre au cours duquel elle est devenue exigible »[4].

L’article X.12 énumère les cas dans lesquels les parties peuvent convenir expressément d’une extinction du droit aux commissions. Par arrêt du 17 mai 2017 (aff. C-48/16, ERGO), la CJUE a décidé que la première hypothèse d’extinction vise les cas d’inexécution totale ou partielle du contrat conclu entre le commettant et le tiers (ex. : non-respect du volume d’opérations ou de la durée prévus). Selon la Cour, « la notion de “circonstances imputables au commettant” ne se rapporte pas aux seuls motifs de droit ayant directement entraîné la rupture du contrat, mais vise toutes les circonstances de droit et de fait imputables au commettant, qui sont à l’origine de l’inexécution de ce contrat » (…) La clause d’un contrat d’agence commerciale en vertu de laquelle l’agent est tenu de rembourser, au prorata, une partie de sa commission en cas d’inexécution partielle du contrat conclu entre le commettant et le tiers ne constitue pas une “dérogation au détriment de l’agent commercial”, au sens de cet article 11, § 3, si la partie de la commission soumise à l’obligation de remboursement est proportionnée à l’ampleur de l’inexécution dudit contrat et à condition que cette inexécution ne soit pas due à des circonstances imputables au commettant ».

L’article X.14 impose au commettant de remettre à l’agent un relevé des commissions dues, reprenant les éléments sur la base desquels elles ont été calculées. Il peut exiger que lui soient fournies toutes les informations (livres comptables, etc.) lui permettant de vérifier l’exactitude du montant.

Si vous souhaitez conclure un contrat d’agence commercial, en tant qu’agent ou de commettant, n’hésitez pas à faire appel à l’équipe de droit de l’entreprise du cabinet Centrius.

Me David Blondeel & Me Yves De Cordt


[1] Par ailleurs, les remises de fidélité, ristournes et escomptes au comptant consentis unilatéralement par le commettant au client ne peuvent être exclus de l’assiette des commissions dues à l’agent commercial » (article X.13, al. 6).

[2]Une dérogation est, cependant, prévue en ce qui concerne les secteurs des assurances, des établissements de crédit et des marchés réglementés de valeurs mobilières où une modification en cours d’exécution peut être valable si elle a été acquise dans le cadre de négociations intervenues au sein d’un organe paritaire (article X.13, al. 8).

[3] D.A./.O.R.,2011, pp. 1081‑109.

[4] Selon l’alinéa 4, les alinéas 2 et 3 sont impératifs, en faveur de l’agent.

Partager :

 | 

Le contrat d’agence commerciale : la durée & la fin du contrat
Le contrat d’agence commerciale : la durée & la fin du contrat
Dans notre article du 8 juin dernier sur les critères de choix entre différents contrats de distribution, nous en avions...
Quel est le sort d’une clause de non-concurrence post-contractuelle après la résolution judiciaire de la convention qui la contient ?
Quel est le sort d’une clause de non-concurrence post-contractuelle après la résolution judiciaire de la convention qui la contient ?
Certaines conventions comportent des dispositions susceptibles de produire des effets à la fin du contrat. L’une d’entre elle est la...
<strong>Un professionnel qui appose sa marque sur un produit défectueux engage sa responsabilité en tant que producteur de ce produit</strong>
Un professionnel qui appose sa marque sur un produit défectueux engage sa responsabilité en tant que producteur de ce produit
Ce 7 juillet 2022, la Cour de justice de l’Union européenne a rendu une décision importante concernant la responsabilité du...
<strong>Comment invoquer la responsabilité de l’architecte dans le cadre d’un contrat de construction ?</strong>
Comment invoquer la responsabilité de l’architecte dans le cadre d’un contrat de construction ?
Dans le cadre d’un contrat de construction, l’architecte est investi de diverses missions à l’égard du maître de l’ouvrage et,...
Elon Musk et Twitter nous rappellent à l’ordre et à la vigilance : comment éviter les risques d’une rupture fautive des pourparlers commerciaux ?
Elon Musk et Twitter nous rappellent à l'ordre et à la vigilance : comment éviter les risques d’une rupture fautive des pourparlers commerciaux ?
Une rupture des négociations commerciales abrupte peut entrainer de sérieux débats juridiques en matière de rachat d’entreprise. C’est ce qu’un...
Peut-on contester une clause de révision de prix dans le cadre de la loi Breyne ?
Peut-on contester une clause de révision de prix dans le cadre de la loi Breyne ?
La question peut, notamment, se poser lorsque – étant propriétaire d’un terrain à bâtir – vous faites appel à un...
Vous êtes entrepreneur et rencontrez des difficultés à recouvrer vos factures afférentes à des travaux en supplément de votre devis ? Voici quelques conseils pratiques
Vous êtes entrepreneur et rencontrez des difficultés à recouvrer vos factures afférentes à des travaux en supplément de votre devis ? Voici quelques conseils pratiques
Dans un précédent article consacré à la révision des prix en cours de contrat, nous avons abordé le principe de...
Comment rédiger un bon contrat de bail ?
Comment rédiger un bon contrat de bail ?
Lorsque vous décidez de louer votre bien, il est primordial de conclure un bon contrat de bail avec votre locataire...
Quels contrats de distribution choisir ?
Quels contrats de distribution choisir ?
La notion de distribution commerciale recouvre l’ensemble des opérations qui contribuent à la commercialisation de produits/services auprès des distributeurs et...
Envie de contribuer à sauver le monde grâce à votre entreprise ? Songez à la société coopérative agréée comme « entreprise sociale » !
Envie de contribuer à sauver le monde grâce à votre entreprise ? Songez à la société coopérative agréée comme « entreprise sociale » !
De plus en plus d’entrepreneurs sont en quête de sens et les entreprises ont indéniablement un rôle à jouer face...
Si vous souhaitez acquérir un fonds de commerce, assurez-vous d’obtenir les attestations d’absence de dettes
Si vous souhaitez acquérir un fonds de commerce, assurez-vous d’obtenir les attestations d’absence de dettes
Comme vu précédemment, acheter un fonds de commerce, c’est acquérir un ensemble de biens corporels (meubles, enseigne lumineuse, stock,…) et...
Comment rédiger un pacte d’actionnaires et quelles clauses prévoir ? 
Comment rédiger un pacte d’actionnaires et quelles clauses prévoir ? 
L’on pense souvent, à tort, que les statuts d’une société la protègent suffisamment de toutes sortes de conflits, notamment de...
Face à la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, pouvez-vous, en tant qu’entrepreneur, imposer à votre client une modification de prix en cours de chantier ? Analyse de la clause de révision de prix
Face à la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, pouvez-vous, en tant qu’entrepreneur, imposer à votre client une modification de prix en cours de chantier ? Analyse de la clause de révision de prix
Un entrepreneur peut-il imposer une modification de prix en cours de chantier pour tenir compte de la hausse des prix...
La confusion entre plusieurs noms commerciaux et le parasitisme dans les usages commerciaux
La confusion entre plusieurs noms commerciaux et le parasitisme dans les usages commerciaux
Comment réagir lorsqu’une nouvelle entreprise ouvre à proximité de votre commerce et se met à offrir les mêmes services ou...
Le copyright trolling
Le copyright trolling
De nos jours, presque tout le monde met des publications sur l’Internet que ce soit sur des sites web ou...
Pourquoi est-il aujourd’hui indispensable de maîtriser l’usage des conditions générales?
Pourquoi est-il aujourd’hui indispensable de maîtriser l’usage des conditions générales?
Le client de Paul a annulé à la dernière minute une importante commande sur son site internet, mais ce dernier...
Combien coûtent de bonnes conditions générales?
Combien coûtent de bonnes conditions générales?
Il est essentiel d’avoir de bonnes conditions générales de vente/de prestation de services/d’intervention/… afin de bien se protéger lors de l’exécution d’un...
Les informations et opinions reprises dans le présent site internet, ses articles et vidéos, sont des commentaires à caractère purement informatif. Elles ne peuvent en aucun cas être considérées comme des avis ou des recommandations d’ordre fiscal, juridique ou autre. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle, ni de l’évolution permanente de la législation, jurisprudence et doctrine passé le délai de rédaction. Il convient donc toujours de consulter son avocat expert par e-mail ou en présentiel pour vérifier l’adéquation de l’information avec votre situation personnelle et l’évolution naturelle du cadre normatif, jurisprudentiel et doctrinal. Nous vous invitons à prendre contact avec votre avocat spécialisé avant de prendre toute décision se fondant directement ou indirectement sur les informations contenues dans le présent site internet.

Logo Centrius Loup BleuContactez le cabinet

Vous avez un besoin d’une assistance juridique ou vous souhaitez l’assistance d’un avocat pour une procédure judiciaire, une médiation ou un arbitrage ?

Remplissez le formulaire ci-dessous

    Logo du Cabinet d'avocats Centrius orangeSuivre l'expert

    Recevez l’article dans votre boite mail et restez informés des futures publications du blog Centrius.